Décés de Mr Pierre Lecat


 
 

Hier matin, le 8 Juillet, Pierre Lecat est mort. "Tchou Pierre" comme on l'appelait tous. Je suis allé à son enterrement cet après-midi et je voulais dire quelques mots à props de cette figure spéciale du village.

Pierre était connu de tous les habitants. Et ceux qui ont assisté à des céremonies ici l'ont sûrement remarqué. Il était l'un des rares portes-frapeaux du village et vétéran de la guerre d'Algérie. Une douzaine de ses camarades était d'ailleurs là pour ses funérailles et le tricolore dont il était si fier recouvrait son cerceuil.
Pierre a ét employé communal pendant des années. Avant, il avait travaillé comme ouvrier agricole et à l'usine textile locale. Le voir au travail dans la rue était une image familière. Je me rappelle de lui, alors que j'étais enfant, et qu'il annoncait les nouvelles locales avec sa cloche. Il fut ensuite équipé d'un mégaphone et l'entendre faire ses annonces était une sacré expérience. Après sa retraite et même avant, Pierre s'occupait bénévolement de l'église, notamment du chauffage et des cloches. Parmi tous les autres services qu'il rendait, il vendait aussi le calendrier des Anciens Combattants. Je me rappelle qu'une fois à cet occasion ma mère a voulu lui offrir un jus d'orange. Il a refusé, car il faut bien le dire Pierre aimait beaucoup trop boire un petit verre... Ce qui explique sans doute son décés. Mais on peut aisément deviner que sa vie de vieux célibataire n'était pas tous les jours rose. 
C'était un homme très sensible avec des larmes dans les yeux à la messe ou aux cérémonies. Il didait que c'était parce que ça lui "faisait penser à ses copains en Algérie et sa soeur". Il n'a jamais raté une cérémonie franco-australienne. C'était une chose très sérieuse pour lui. A la dernière, il était prêt de pleurer car plusieurs lui avait demandé pourquoi il n'avait pas pris son drapeau. Ce dont il n'était pas du tout responsable...

Tchou Pierre, tu as toujours été là pour rendre service. Il est sûr que tu seras toujours là dans notre mémoire.